Vaccination du furet : les vaccins à réaliser

A côté des 12 millions de chats et des 7 millions de chiens qui accompagnent les familles françaises actuellement, environ 2,5 millions de petits mammifères, lapins, cochons d’Inde, furet et autres chinchillas vivent dans notre pays. Ainsi, entre 500 000 et 1 millions de furets font le bonheur des ménages de notre pays. Souvent considérés comme demandant moins d’attention quotidiennement, ces mustélidés très joueurs et habitués à la présence humaine, peuvent être victimes de maladies, même lorsqu’ils sont maintenus en cage ou en intérieur. De fait, ils demandent un peu de surveillance et la question de leur vaccination se pose au même titre que celle d’’un chien ou d’un chat.

Chez le furet, il existe principalement deux vaccins réalisables par les vétérinaires : celui contre la maladie de Carré et celui contre la rage.

Le vaccin du furet contre la maladie de Carré

Si la maladie de Carré est aussi appelée maladie de chiot, car elle est communément présente chez de jeunes chiens, désormais souvent vaccinés contre cette pathologie, elle touche également chaque année quelques milliers de furets. Cette maladie, due à un virus proche de celui de la rougeole, appelée Paramyxovirus, provoque chez la plupart des furets contaminés un décès malheureusement rapide et irrémédiable, du fait de l’absence de traitement efficace.

Le virus de maladie de Carré a la particularité d’être très résistant et de pouvoir contaminer un furet qui ne sort pas de son habitation, et même qui ne sort pas de sa cage. En effet, un chien peut ramener ce virus à l’intérieur, tout comme le propriétaire par le biais de ses chaussures ou de ses vêtements.

Une fois le furet contaminé, ce dernier va développer certains symptômes dans un délai de sept à dix jours, principalement une forte fièvre, de la conjonctivite, de l’abattement, une baisse d’appétit, de la diarrhée. Quelquefois, il peut présenter des écoulements nasaux et oculaires. Toutefois, le virus va principalement s’attaquer aux poumons, ce qui va provoquer le décès de l’animal sous une à deux semaines après l’apparition des premiers signes de la maladie. Un animal non vacciné et atteint de la maladie de Carré décèdera dans 100% des cas. Il n’existe aucun traitement spécifique.

En l’absence de traitement réparateur, seule la prévention reste efficace ! Les vétérinaires conseillent donc fortement de faire vacciner les furets contre la maladie de Carré. Bien évidemment, ce sont les seuls habilités à effectuer cette vaccination qui est la même que celle existant pour les canidés.

Le mode opératoire est différent selon l’âge du furet. Ainsi, il sera conseillé de faire vacciner un furet nouveau né contre la maladie de Carré lorsqu’il atteint six à huit semaines. Par la suite, un ou deux rappels seront réalisés, avec trois à quatre mois d’écart entre chaque. Enfin, il sera utile de réaliser plusieurs rappels durant toute la vie de l’animal, tous les ans pour les animaux habitués au grand air, tous les trois ans pour les casaniers.

Lorsque l’animal est déjà âgé et qu’aucun vaccin n’a encore été effectué, il n’est pas trop tard. La vaccination sera vraisemblablement suivie d’un rappel quinze jours plus tard. Après, des rappels seront également réalisés tout au long de la vie du mustélidé, avec les mêmes délais de un à trois ans.

Attention, lorsque le furet cohabite avec un chien, il est important que les deux animaux soient vaccinés contre la maladie de Carré.

Bon à savoir : il est recommandé d’éviter de promener son furet à un endroit très fréquenté par les chiens pour limiter les risques. Il faut aussi que le furet ne puisse pas avoir accès aux chaussures de ses propriétaires car il est possible de ramener le virus sur les chaussures.

back to menu ↑

Le vaccin du furet contre la rage

La rage est souvent considérée comme une maladie ancienne qui est désormais absente de nos territoires. Si le denier cas de rage chez un humain en France date de 1924, quelques cas se déclarent encore de manière parcimonieuse chez les chiens et les chats.

La rage est également une maladie virale mortelle qui provoque une inflammation du cerceau, après l’apparition de différents symptômes comme la paralysie ou l’agressivité. Un furet peut être victime de la rage à la suite d’une morsure par un animal déjà contaminé ou par échange de salive, en léchant une plaie contaminée par exemple. De fait, si l’animal reste en cage ou n’a pas pour habitude de sortir, ses risques de contamination à la rage sont quasiment nuls.

D’ailleurs, en France, la vaccination du furet contre la rage n’est pas obligatoire. Toutefois, dans certains cas, ce vaccin sera demandé : cela est par exemple le cas lorsque l’animal est amené à l’étranger, même à l’intérieur de l’espace européen. De plus, certains lieux touristiques, campings ou colonies animales par exemple, réclament la vaccination des furets.

Du coup, il est nécessaire, dans un premier temps, d’échanger sur l’utilité de faire vacciner son furet avec son vétérinaire. En effet, en cas de vaccination effective, en prévision de transporter l’animal à l’étranger, plusieurs contraintes s’imposent au propriétaire de l’animal : ce dernier devra être pucé électroniquement et la réalisation de la vaccination devra être indiquée dans le passeport européen du furet. Ainsi, outre la vaccination proprement dite, d’autres frais s’ajouteront à cet acte.

Pour le vaccin contre la rage, le mode opératoire est plus simple : en effet, il est conseillé de procéder à une première vaccination aux alentours des trois mois de l’animal, avec un rappel annuel. Pour les furets plus âgés, il pourra être procédé à une vaccination à tout moment, avec également un rappel annuel. A noter toutefois que la validation d’un vaccin contre la rage n’est actée que trois semaines après la piqure. Ainsi, en cas de transport à l’étranger, il convient de prévoir ce délai minimum entre la vaccination et le moment du départ.

Enfin, pour être complet, il convient de signaler que, comme pour les humaines, les vaccins peuvent provoquer, dans les heures ou les jours qui souvent, quelques réactions sur le furet. Ainsi, une inflammation ou une légère fatigue sont courantes et bénignes. Si ces symptômes persistent, une visite de contrôle s’impose cependant.

back to menu ↑

Quid de la vaccination du furet contre la grippe ?

Les furets sont des animaux très vulnérables à la grippe humaine. Cette maladie peut donc se transmettre facilement entre l’animal et les humains de son environnement, et vice-versa.Toutefois, contrairement à l’homme, il n’existe pas de vaccin antigrippal pour les furets. La période d’incubation est de 2 jours.

Excepté pour les très jeunes furets, les furets malades ou encore les furets âgés, pour lesquels la grippe est à prendre très au sérieux, les furets adultes se remettent en temps normal de cette pathologie. Il faudra compter entre 7 et 10 jours pendant lesquels le furet va avoir de la fièvre, de la toux, un écoulement nasal, un abattement ainsi qu’une perte d’appétit. Il n’y a pas de traitement spécifique, la guérison est dans la plupart des cas spontanée au bout d’une semaine.

Pour faciliter sa remise en forme, le propriétaire devra veiller au maintien d’une bonne alimentation et d’une hydratation suffisante. Les vétérinaires prescrivent en cas de virus particulièrement véloce des antibiotiques. Toutefois, la prévention reste la meilleure solution. En cas de grippe, il est important d’éviter les contacts avec son animal de compagnie et aussi de se laver les mains avant de manipuler le furet. Il sera interdit aux humains porteurs du virus de la grippe de toucher le furet.