La gestation chez le furet

Vous avez adopté une furette et vous souhaitez à terme lui faire faire des petits. Une bonne idée à condition de vous préparer et de tout savoir de la gestation du furet. Petit cours accéléré !

Qu’est-ce-que la gestation chez le furet ?

La gestation précède la maternité. C’est en effet le terme qui désigne la période de la conception à la mise bas. Chez le furet elle dure entre 38 et 44 jours soit 42 jours en moyenne. Avant gestation, il doit y avoir accouplement et avant celui-ci chaleurs. Celles-ci se matérialisent chez la furette par une augmentation considérable de la vulve qui peut atteindre jusqu’à 5 fois sa taille normale et par l’apparition d’un écoulement muqueux. La furette va changer de comportement et vous constaterez : une réduction de son sommeil, une baisse de l’appétit et votre furet s’énervera plus facilement

Théoriquement, la période de reproduction chez le furet s’étale de janvier à août mais leur vie au sein d’un foyer humain bouscule ce cycle naturel chez de nombreux furets. Un dérèglement qui n’est pas anodin car il faut pouvoir trouver un monsieur furet en rut au moment où votre dame furette est, elle, en chaleur. Heureusement le Web et les associations consacrées au furet devraient pourvoir vous aider à organiser le rendez-vous galant. En ce qui concerne l’âge minimal pour une première reproduction, il est préférable d’attendre que les furets soient âgés d’un an.

L’accouplement va durer de 15 minutes à 3 heures. Le mâle immobilise totalement la femelle pour le coït. Plus le mal est expérimenté, plus les préliminaires sont rapides et l’affaire conclue rapidement. A l’inverse un débutant aura besoin de prendre tout son temps. Dans tous les cas, une fois que l’acte est accompli, il convient de séparer les deux animaux afin qu’ils retrouvent leur sérénité chacun de leur côté.

Bon à savoir : Coït ne signifie pas forcément gestation. Votre furette bien que non pleine peut montrer une augmentation des mamelles et afficher un comportement maternel avec ses peluches. Après s’être accouplée et bien que non gravides, les furettes font en effet fréquemment ce que l’on appelle une pseudo-gestation. Elles ont tous les signes de la gestation sans pour autant que celle-ci soit avérée.

back to menu ↑

Grossesse ou stérilisation ?

Lorsqu’une furette est en chaleur, il est impératif de la faire saillir. Sans cela l’ovulation ne se produit pas et la période de chaleur (qui peut durer 6 mois) s’éternise au point de mettre en péril l’animal. Le niveau d’œstrogènes atteint parfois un niveau qui peut entraîner une anémie mortelle. Si vous ne souhaitez pas de reproduction, protégez votre animal de compagnie en lui faisant poser un implant contraceptif.

back to menu ↑

Gestation de la furette : les changements physiques

Lorsque la rencontre est concluante, la taille de la vulve va redevenir normale en deux ou trois semaines tandis qu’à l’inverse les tétines deviennent turgescentes. Précisément, les tétons sont parfaitement visibles et deviennent bien roses. Petit détail, le nombre de tétines chez la furette n’est pas fixe : il varie d’un spécimen à l’autre de 5 à 9. Rassurez-vous ce nombre ne conditionne pas la capacité de votre furette à nourrir sa portée de furetons. On notera qu’au bout de 3 semaines, les petites veines mammaires apparaissent clairement sur le ventre de la furette.

La future maman va bien évidemment prendre du poids. Cette prise de poids est très variable d’une furette à l’autre pour s’établir en moyenne autour de 160 grammes. Attention, la seule survenue de cette prise de poids ne permet pas de confirmer la gestation. L’échographie chez le vétérinaire demeure le meilleur moyen de lever le doute.

back to menu ↑

Furette gestante : les changements de comportement

Lorsque la furette est fécondée, son comportement change. Elle retrouve le calme qu’elle avait un tantinet perdu pendant ses chaleurs. Si elle vit dans le même logis que monsieur furet, elle va prendre ses distances avec ce dernier et refuse ses avances. Il va lui-même rapidement retrouver un comportement normal et laisser tranquille la furette fécondée. Ne vous inquiétez pas si votre furette délaisse un peu la nourriture dans les jours qui suivent l’accouplement et si elle dort beaucoup. C’est tout à fait normal. La gestation qui se met en place implique des bouleversements notamment hormonaux qui l’épuisent. Son appétit va progressivement revenir mais elle aura toujours besoin de plus de sommeil qu’à l’accoutumée.

Pour faciliter les choses, il peut être utile de la séparer un temps de vos autres furets qu’ils soient mâles ou femelles. Cela lui permettra de se nourrir et de se reposer comme bon lui semble c’est-à- dire selon ses besoins. Aménagez-lui un endroit chaud à 21° et parfaitement calme. Cela n’implique pas forcément qu’elle soit en début de gestation complètement isolée surtout si ces congénères demeurent doux et respectueux avec elle. Ses amis mâles castrés ou femelles peuvent en effet se montrer de parfaits compagnons pour elle.

Dans les 15 jours qui précèdent la mise-bas, la furette doit par contre être complètement isolée. Il s’agit d’éviter tout stress qui lorsqu’il survient peut malheureusement générer un comportement de cannibalisme après la mise bas. Cet isolement sera maintenu jusqu’à la sixième semaine après cette dernière. Dans la semaine qui précède la mise bas, la furette a tendance à devenir irritable et ne se laisse généralement plus manipulée. Les signes qui doivent vous décider à préparer l’arrivée des furetons.

back to menu ↑

L’alimentation de la furette gestante

L’alimentation de la furette gestante est particulièrement importante pour faire face aux changements métaboliques qui s’opèrent en elle. Pour l’aider, il faut lui donner une alimentation équilibrée et très énergétique. Les vétérinaires conseillent un bol comportant au moins 35% de protéines et 15% de matières grasses. Vous pouvez par exemple lui donner des croquettes haut de gamme pour chatons à base de viande.

Pour permettre la nécessaire montée de lait, il vous faudra aussi augmenter sa ration de matière grasse. Pour cela vous pouvez concocter un mélange de lait entier pasteurisé et de crème fraiche entière ou de pâté et de lait pour chaton avec un jaune d’œuf. Attention l’alimentation est particulièrement importante pour la furette gestante. Un jeune même bref peut entraîner une toxémie de gestation catastrophique.

Notre conseil : pensez à vermifuger la future mère. Il faut s’y prendre en 3 temps : 3 semaines avant l’accouplement, en milieu de gestation et 3 semaines après la mise bas.

Ces quelques conseils devraient vous permettre d’accompagner au mieux votre furette gestante. Une belle aventure pour elle comme pour vous. Pensez à placer les petits furetons avant même leur naissance. Trouver une bonne famille d’adoption ne s’improvise pas. Plus vous vous y prenez tôt, plus les choses seront simples.